mot spirituel

Jahreslosung 2023
Du bist ein Gott, der mich sieht
1. Mose 16,13
Da nannte sie den Namen des HERRN, der zu ihr geredet hatte: Du bist El-Roi. Denn sie sprach: Wahrlich, hier habe ich dem nachgesehen, der auf mich sieht.

 

Wort für den Tag

Predigtupdates für gewöhnlich Montags gegen 10:00 Uhr.
Chère lectrice, cher lecteur!
Le résumé en français suit la version allemande.

Und der Friede Gottes, der höher ist als alle Vernunft, bewahre eure Herzen und Sinne in Christus Jesus. (Philipper 4,7)

Und …

Mit „und“ fängt’s an. Wir alle haben in der Grundschule wahrscheinlich gelernt, mit „und“ fängt man keine Sätze an.

In der Bibel ist das anders. Da fangen die Sätze gerne mal mit „und“ an. Oder mit „aber“, aber das ist eine andere Geschichte. Das liegt natürlich an den alten Sprachen, in denen die Bibel zuerst verfasst wurde: Hebräisch und Griechisch.

Aber über die Feinheiten der Übersetzung hinaus lehrt es uns vielleicht auch etwas über Gott. „Und“ heißt: Da kommt noch was. Wir sind noch nicht am Ende. Es geht weiter. Gott ist immer noch für eine Überraschung gut: für eine erstaunliche Wendung, für eine Brücke über den Abgrund, für ein plötzliches Licht im Dunkel. An das Thema unseres Gottesdienstes denkend: „für den Frieden“. Noch ist der Frieden nicht da, aber Gott hat vielleicht ein „und“ – und die Geschichte geht weiter. „Und“ ist ein Wort, dass in letzter Sekunde deinen Fall bremsen kann, „und“ fängt dich auf, „und“ ist das Wort der Ewigkeit. Jeder von uns ist ein „und“ in Gottes Geschichte. … und am Ende eines jeden Lebens steht bei Gott ein „und“ für uns. Aber ich schweife ab. Frieden ist das Thema …

Und der Friede Gottes

Friede, das ist leicht. Friede ist, wenn du nachts durchschlafen kannst, wenn du keine Angst haben musst und auch wirklich keine hast. Friede ist, wenn du deine Lieben in Sicherheit weißt, wenn du dich in Sicherheit weißt, wenn du dich streiten, aber auch versöhnen kannst. Friede ist, wenn deine Grenzen gewahrt werden und deine Rechte, wenn du Essen, Trinken und Liebe hast, wenn du sein kannst, wie du bist, wenn deine Anliegen gehört werden, wenn du mehr als nur genug zum Leben hast, wenn du nicht nur überlebst, sondern dein Leben in vollen Zügen lebst, wenn die Kinder zur Schule gehen können und die Alten versorgt werden. Das ist Friede – und noch so vieles mehr!

Friede hat viel mit Gott zu tun. Weil er so groß ist und unverfügbar und zugleich im Alltag so wichtig, so ersehnt und dringend gebraucht.

In der Bibel steht, Friede kann es sein, wenn Gott nicht weggeht. Wenn er dich durch alle Kämpfe begleitet (Richter 6). Friede bedeutet, dass Gott dich sieht und bewacht (Numeri 6,4). In Frieden lebt ein Mensch, der mit sich selbst im Reinen ist.

Wer Schlechtes tut, findet keinen Frieden. (Psalm 38, Psalm 72, Römer 8) Manchmal wird ein Krieg angefangen, um Frieden herzustellen. Gott gibt Frieden, aber er gibt auch Unfrieden (Sacharja 8).

Wir müssen für den Frieden auch etwas tun: „Wort für den Tag“ weiterlesen

Résumé de la prédication en français

Epître aux Philippiens 4,7
Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce que l’on peut comprendre, gardera votre cœur et vos pensées en Jésus-Christ.

Et…

C’est avec « et » que cela commence. Nous avons probablement tous appris à l’école primaire qu’on ne commence pas une phrase par «et».

Dans la Bible, c’est différent. Les phrases y commencent pas mal de fois par « et ». Ou bien avec « mais ». Mais c’est une autre histoire. Cela s’explique bien sûr par les langues anciennes dans lesquelles la Bible a été rédigée : l’hébreu et le grec.

Mais au-delà des subtilités de la traduction, cela nous apprend peut-être aussi quelque chose sur Dieu. « Et » signifie : il y a encore quelque chose à venir. Nous n’avons pas encore fini. Ça continue. Dieu est toujours bon pour une surprise. Bon pour une tournure étonnante, pour un pont au-dessus de l’abîme, pour une lumière soudaine dans l’obscurité.

En pensant au thème de notre culte : « Pour la paix ». La paix n’est pas encore là, mais Dieu a peut-être un « et » – et l’histoire continue. « Et » est un mot qui peut freiner ta chute en dernière seconde. « Et » te rattrape. « Et » est le mot de l’éternité. Chacun de nous est un « et » dans l’histoire de Dieu. …et à la fin de chaque vie, Dieu a un « et » pour nous. Mais je m’égare. La paix est le thème …


Et la paix de Dieu

La paix, c’est facile. La paix, c’est quand tu peux dormir toute la nuit. La paix, c’est quand tu ne dois pas avoir peur et que tu n’as vraiment pas peur. La paix, c’est quand tu sais que tes proches sont en sécurité, quand tu te sais en sécurité. La paix, c’est quand tu peux te disputer, mais aussi te réconcilier. La paix, c’est quand tes frontières sont respectées et tes droits respectés. La paix, c’est quand tu as à manger, à boire et de l’amour. La paix, c’est quand tu peux être qui tu es, quand tes demandes sont entendues. La paix, c’est quand tu as plus qu’assez pour vivre, quand tu ne fais pas que survivre, mais que tu vis pleinement ta vie. La paix, c’est quand les enfants peuvent aller à l’école et que l’on s’occupe des personnes âgées. C’est cela la paix – et bien d’autres choses encore !

La paix a beaucoup à voir avec Dieu. Parce qu’elle est si grande et indisponible, et en même temps si importante, si désirée et si nécessaire dans la vie quotidienne.

La Bible dit que la paix peut exister lorsque Dieu ne s’éloigne pas. S’il t’accompagne dans tous les combats (Juges 6). La paix, c’est quand Dieu te voit et te surveille (Nombres 6,4). Une personne qui est en paix avec elle-même vit en paix.

Celui qui fait le mal ne trouve pas la paix. (Psaume 38, Psaume 72, Romains 8) Parfois, une guerre est déclenchée pour rétablir la paix. Dieu donne la paix, mais il donne aussi la discorde (Zacharie 8).

Nous devons aussi faire quelque chose pour la paix :

Nous devons chercher la paix, la « chasser ». (Psaume 34,15). Elle existe maintenant et ici, mais c’est aussi un désir éternel.

Nous attendons que la paix soit complète. La paix est globale et donc un vœu pieux que l’on s’adresse en guise de salut – parfois du fond de cœur, parfois non : « Que la paix soit avec toi !


Qui dépasse tout ce que l’on peut comprendre

Que la paix soit avec toi ! Pas seulement la raison. Pas seulement rationaliser, comprendre, calculer. Pas seulement peser le pour et le contre, une main lave l’autre. Pas seulement contrats, accords, sanctions. Non seulement une armistice – ne me fais pas de mal, je ne te ferai pas de mal. Non seulement laisser cet endroit tel que tu veux le trouver. Pas seulement la raison, mais que la paix soit avec toi !

La raison est importante. Il ne faut pas la sous-estimer et nous devrions l’entraîner. Or, la paix n’est pas simplement le résultat d’un comportement raisonnable – bien qu’il y aurait beaucoup à gagner si tout le monde se comportait raisonnablement. La paix est supérieure à toute raison et Dieu peut faire plus que ce que nous sommes capables de nous imaginer. Si nous regardons le monde de manière raisonnable, nous devons constater qu’il est peu probable, voire improbable, que tous les hommes vivent un jour en paix avec eux-mêmes et avec la nature.

La prévision pour 2030 est de 8,5 milliards d’êtres humains sur terre !
En paix ! C’est peu probable – voire impossible ?

La paix de Dieu est supérieure à toute raison. Dieu a-t-il encore un « et » pour nous ?


Gardera votre cœur et vos pensées

Préservé avec « la peau et les cheveux », avec le cœur et les sens, entièrement, globalement, complètement.

Cela réveille en moi des sentiments d’enfance. Se promener en tenant la main du grand-père, l’odeur du gâteau Gugelhupf / Kouglof à peine sortie du four et avec sa confiture. Le souvenir de maman toujours à l’écoute au besoin. Le souvenir des moments quand papa nous emmenait faire du canoë.

Protégé, soigné, aimé, en sécurité. Ceux qui ont la chance d’avoir vécu ou de vivre de tels moments savent à quoi ressemble la paix. Où peut-on la chercher ?


En Jésus-Christ

« En. » Eh bien, j’aimerais ici prononcer un emoji avec les bras croisés devant le visage. Où puis-je trouver la préservation ? « En » Christ Jésus ?! Ah, que serait la Bible et l’Église sans leurs prépositions ?! Des guerres entières se sont déclenchées pour savoir comment il fallait comprendre « en », « dans », « avec », « sous », etc. En Jésus-Christ.

« Jésus » est le nom de l’homme qui a vécu toutes ces aventures, qui a fait des miracles, qui a sauvé des gens, qui a guéri des malades, qui a parlé de Dieu comme s’il le connaissait sur le bout des doigts et qui a finalement été exécuté de manière si cruelle.

« Christ » est un titre et signifie « l’oint ». « Messie » en hébreu. Cela fait référence au fait qu’autrefois, dans l’ancien Israël, les rois devenaient rois en étant oints d’huile précieuse. Mais « Christ Jésus » ne signifie pas simplement « Roi Jésus », mais quelque chose comme « le meilleur, le seul, l’unique roi nommé directement par Dieu, régnant pour toujours et pour l’éternité, défendant la justice et la paix ».

Les hommes espèrent depuis toujours  qu’un tel personnage viendra un jour. Les juifs l’attendent toujours, les chrétiens croient que c’était Jésus.

Qu’il ne soit pas resté mort dans la tombe, mais que les chrétiens se racontent encore aujourd’hui sa résurrection, va dans le même sens.

Jésus est revenu à la vie après sa mort et il est maintenant « en », « avec » et « sous » Dieu, le Père, le Fils et le Saint-Esprit, toujours là, mais d’une manière différente. C’est très compliqué et il peut être très agréable d’y réfléchir.

Aujourd’hui, je veux vous parler de la paix. La paix de Dieu, qui est assez déraisonnable, mais qui nous protège et nous entoure complètement. Et cela a quelque chose à voir avec le Christ Jésus, c’est-à-dire avec cette personne qui était à la fois Dieu et homme. Cette personne qui a prêché tant d’amour qu’elle a été exécutée parce que les adversaires n’arrivaient pas à faire taire cet amour.

En Jésus-Christ, les deux mondes fusionnent, le monde tel qu’il est et le monde tel qu’il doit être. Et cela donne à de nombreuses personnes l’espoir que quelque chose est toujours possible, même si la situation est désespérée.

« En » ou « dans » Jésus-Christ : nous convenons que cela ne signifie pas « dans son corps », car il s’agissait d’un corps humain tout à fait normal. Un médecin aurait trouvé des organes : le cœur et les reins, par exemple.

Donc certainement « en Jésus-Christ » ne signifie pas dans son corps. Bien que l’un des disciples ait mis les doigts dans ses plaies après la résurrection. Au moins, il a trouvé la foi. Et nous savons depuis que mettre les doigts dans les plaies peut être très important.

Alors, être sauvé si nous tenons fermement à Jésus-Christ ? Si nous nous accrochons au fait que Dieu a prononcé un « et » avec lui – ce « et » qui a été le début de quelque chose de puissant, alors que cela semblait si petit ?

Je veux encore parler d’un autre « dans », « en ». Paul – qui a écrit cette phrase il y a longtemps aux membres de son église à Philippi – a écrit ailleurs au sujet du baptême. Par le baptême, il voulait dire que nous sommes baptisés en Jésus-Christ. Dans sa mort et sa résurrection. Donc quasiment dans l’ensemble de l’événement. Comme si nous l’avions vécu. Comme si nous étions morts et devenus vivants.

Ce qui est important pour moi dans cette idée, c’est que « préservé en Jésus-Christ » peut signifier que nous faisons partie de ce « et ». Nous avons une place sûre dans l’histoire de Dieu. Nous sommes entièrement – « avec la peau et les cheveux » – avec le cœur et l’esprit – dans la promesse que le règne du roi a commencé et qu’il continue de se dérouler.

Nous n’avons rien à faire à ce sujet. Nous n’avons pas à trouver ou à créer la paix par nos propres moyens, ni à accomplir quoi que ce soit d’autre. Nous y sommes.

Et que la paix de Dieu, qui est supérieure à toute raison, garde vos cœurs et vos esprits dans le Christ Jésus. Point final et amen.